D’où vient cet effet de prostitution à Nosy Be ?

Ça va en surprendre certains mais sortir le soir se vendre à des hommes, cela ne plais pas particulièrement à ses jeunes femmes et ce n’est pas naturel non !

Un peu d’histoire …

PS : Cette parti “un peu d’histoire” est un copié – collé mais j n’ai pas retrouvé la source, ayant commencé cette série d’article il y a plus d’un an maintenant.

En 1990, deux événements sont à l’origine du tourisme sexuel : les effets d’un programme d’ajustement structurel ont commencé à se faire sentir, provoquant des licenciements à grande échelle en vue d’une croissance économique, et le gouvernement a accordé un contrat de pêche au thon à une entreprise japonaise, amenant plus de 20 chalutiers dans les eaux poissonneuses de l’île.

“A Nosy Be, beaucoup de femmes sont venues travailler dans une usine de crevettes, et quand l’entreprise a commencé à réduire le personnel, les femmes au chômage sont devenues des prostituées. Les pêcheurs japonais avaient de l’argent et c’est là que la prostitution à grande échelle a débuté » expliquai IRIN Jocelyn Gabriel, membre du réseau de protection qui lutte contre le travail sexuel.

L’économie de Nosy be a également grandement souffert lorsque le plus grand employeur de Nosy Be, la distillerie de rhum, a fermé ses portes en 2008.

« Environ 1 300 personnes ont perdu leur emploi quand la distillerie a fermé et si vous estimez que chaque employé à cinq personnes ou plus à charge, vous pouvez voir les effets » a dit M. Gabriel.

Ainsi, c’est avant tout la misère qui noie chaque année des milliers de jeunes gens dans ce commerce abominable. Sans le sou et sans avenir professionnel, ils regardent avec envie les touristes débarquer dans les hôtels chics des grandes villes, les poches remplies de dollars, et voient là leur unique sortie de secours. Triste alternative pour un gamin de 12 ans ou une ado de 18 ans…

Un peu de respect !!!

“Les filles le soir, les malgaches, toutes des putes !”

Les personnes osant dire ça sont des ignares et des andouilles ! Nous sommes pétries en France de stéréotype, s’en est affligeant. Essayez un peu de vous mettre à leurs place, ses jeunes filles méritent tout notre respect car elles continuent à avancer, ce envers et contre tout ! Ce qui est loin d’être le cas des certains pleurnicheurs français …

tourisme sexuel nosybeSans argent et sans avenir professionnel, avec des parents malades, absents ou simplement n’ayant pas les moyens financiers… Avec pour certaines des petits frères et sœurs … Voulant faire ses études mais n’ayant pas les moyens … Avec un travail de serveuse un salaire qu’elles ont la possibilité de gagner en quelques nuits … Avec toute la volonté du monde elles ne peuvent y arriver seul ! Ainsi, même les filles élevés dans la pure tradition malgache, les filles que les Européens aime définir comme “des filles biens” finissent souvent par franchir le pas … Mais la prostitution est seulement une façon de s’en sortir afin de pouvoir traverser ce moment difficile, ce n’est pas un métier et absolument pas un plaisir ! Désolé de vous décevoir monsieurs.

Pour éviter cela à la date d’aujourd’hui ?

Pas 10 000 solutions, je n’en connais qu’une seule, bouger ses fesses et arrêter de parler. Dans la page suivante je vais vous parler des différentes choses possibles, la principale et la plus efficace selon moi depuis l’étranger reste le parrainage ! Sous la supervisions d’une association / ONG, aidez ses jeunes à faire leurs études décemment afin d’obtenir un travail par la suite. Pour agir  : http://parrainerunenfant.fr/ et  http://www.coeuretconscience.org/

Je fais de la propagande !
Le tourisme sexuel, l’histoire
Le tourisme sexuel dans le monde, qui sont les clients ?
Le tourisme sexuel à Nosy Be
Comment lutter contre le tourisme sexuel ?

Partager
Avant tout chose, ce blog est indépendant, écrit pas un résident de Madagascar amoureux de ce pays. Vous trouverez ainsi sur Nosy Be Island, des conseils, des astuces, des bons plans, des réflexions et tout ce dont je peux avoir envie de parler …

Laisser une réponse

Ecrivez votre commentaire
Merci d'entrer votre nom